Interview de Julien, le créateur du site TechMeAbroad… un site qui intéressera tous les ingénieurs informatique qui rêvent de Silicon Valley et d’étranger !

Aujourd’hui, je vous propose l’interview de Julien Barbier, un ingénieur informatique installé à San Francisco, qui lance aujourd’hui même son nouveau site : TechMeAbroad… un site qui regroupe des offres d’emploi pour les Techs, un peu partout dans le monde, d’entreprises qui sponsorisent des visas !

 

  1. Bonjour Julien, peux-tu te présenter ?

julienBonjour ! Mon parcours étudiant a été un peu “chaotique”. Après mon BAC S, j’ai tout d’abord fait un BTS en Biotechnologies, puis une licence de Biochimie, pour finalement entrer en école d’ingénieur informatique. Après 5 ans à coder non-stop j’ai voulu compléter ma formation technique par un Master en Intelligence Economique en cours du soir.

J’ai toujours travaillé dans des startups tech. Tout d’abord pendant mes études, chez GSN, puis Vpod.tv. A la sortie de l’école d’informatique j’ai rejoint une autre startup pleine de potentielle appellée Wengo, rachetée depuis par le groupe Vivendi.

Ce qui est extraordinaire avec l’informatique c’est que tu peux construire quelque chose d’énorme avec très peu de moyen. Presque tout le monde a maintenant un ordinateur et une connexion Internet chez lui. Si tu sais programmer, et que tu es motivé, tu peux litéralement commencer à construire un produit et toucher des millions de personnes, depuis ta chambre ou ton garage. Tu ne pourrais pas faire cela si tu étais biologiste, car le cout serait trop élévé pour construire et équiper un laboratoire. Nous, les ingénieurs informaticiens, sommes donc hyper chanceux.

Cette chance j’essaie donc d’en profiter le plus possible via des “side projects”. Mon but premier n’étant pas de faire de l’argent, mais d’aider les gens avec des produits qui résolvent un vrai problème.

Depuis ma sortie de l’école j’ai donc commencé beaucoup de “side projects”. Avec mon colloc de l’époque, Arnaud Jamin, nous avions cette même passion de création. Et très vite nous avons commencé à coder des petits sites, jusqu’à arriver a lancer un site qui a particulièrement bien marché: NoteTonEntreprise.

6a00e54ef42d6a8834010535c8d102970b-800wi

Le problème que nous voulions résoudre était le suivant: Nos camarades de promo, et nous, venions de rentrer dans la vie active, et toutes les entreprises étaient fabuleuses lorsque vous parliez au recruteur. Mais la réalité était totalement différente une fois que vous y étiez “pour de vrai”. Sans un réel réseau professionel très étendu, il vous sera impossible de savoir si ce que vous vend le recruteur est vrai ou faux.

NoteTonEntreprise était un site qui permettait aux salariés de noter leurs entreprises et d’ajouter un commentaire pour donner accès aux candidats à l’information réelle, vécue de l’intérieur. Nous avions créé le site en trois jours, et ce fut de suite un succès. Toute la presse papier et web en a parlé. Quelques chaines de TV et radio en ont également parlé. Gros succès. Sauf que les entreprises n’étaient pas contentes et nous ont attaqués, Arnaud Jamain et moi. en justice pour nous faire taire. Nous n’avions aucune idée de l’ampleur qu’allait prendre ce site lorsque nous nous sommes lancés, et nous avons du créer une entreprise pour nous protéger contre ses attaques en justices. C’est ainsi que j’ai créé ma première société.

Après quelques mois passés avec les avocats, un investisseur qui habitait en Floride nous a proposé son aide, nous avons accepté et nous nous sommes retrouvés à la tête d’une société américaine. Tout est allé très vite ensuite, nous avons revendu NoteTonEntreprise et j’ai ensuite relancé une autre société, de e-commerce cette-fois-ci, toujours en Floride, que j’ai également revendu il y a maintenant deux ans et demi.

Suite à un voyage dans la Silicon Valley, le plus grand des hasards m’a conduit à revoir un ami de promotion, Solomon Hykes, qui venait de lancer une startup qui s’appelait dotCloud. Je me souviens que j’aimais beaucoup travailler avec lui à l’époque, et quand il m’a proposé de l’aider à faire grossir sa startup j’ai déménagé à San Francisco. La startup a depuis pivoté et s’appelle Docker. C’est un énorme succès et j’apprends énormément tous les jours.

 

  1. Quel est l’objectif du site TechmeAbroad ?

Etant ingénieur informaticien mon rêve a toujours été de venir travailler dans la Silicon Valley. Je me souviens avoir envoyé plusieurs CV à des startups américaines, un peu au hasard, sans jamais recevoir de réponses. A l’époque aucun site n’existait pour aider des ingénieurs informaticiens à venir faire leur carrières aux USA. Et c’est toujours le cas. Via TechMeAbroad, j’essaie de résoudre ce problème, pour aider tous les informaticiens qui comme moi, rêvent de partir travailler à l’étranger.

Le site TechMeAbroad ne répertorie donc que des offres de stage ou d’emploi pour lesquelles les startups tech ou les enterprises tech sponsorisent un visa de travail.

 

  1. Pour qui est destiné ce site ?

Ce site est destiné avant tout aux profils informaticiens: développeurs, devops, administrateurs système, etc… mais nous avons déjà quelques offres de community manager ou de marketing pour travailler dans des entreprises technologiques.

 

  1. As-tu des conseils pour tous ceux qui veulent travailler à l’étranger ? et plus précisément dans la Silicon Valley ?

J’ai beaucoup eu à répondre à cette question via while42, le réseau international des informaticiens français. C’est un sujet assez gros et j’ai donc compilé tous mes conseils dans un article TechMeUp (un autre “side project” que nous avons lancé avec Laetita Faure et Sylvain Kalache, et qu’a rejoint depuis le très célèbre Phil Jeudy) que vous trouverez dans cet article intitulé “Trouver un job tech à San Francisco ou dans la Silicon Valley”.


Le nouveau conseil que je peux vous donner est évidemment de vous inscrire sur TechMeAbroad et de nous suivre sur Twitter, Facebook et LinkedIn pour recevoir les offres des entreprises du monde entier 🙂

tumblr_inline_ncaeibjep11spe2e1

 

Un grand merci à Julien d’avoir répondu à mes questions et d’avoir créé ce site, qui j’en suis sûre, en aidera plus d’un(e) !


1000470_416734975109459_11785232_nMerci de nous lire et de nous suivre sur notre blog d'expatriés en Californie !
Si vous aimez cet article, vous pouvez vous abonner à notre page Facebook et partager sans modération sur les réseaux sociaux !


Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez GRATUITEMENT notre checklist pour préparer et organiser et réussir au mieux votre expatriation !



Sara

Expatriée depuis Octobre 2013 avec mon mari et nos 2 filles en Californie, je raconte nos aventures, nos découvertes et notre vie d’expatriés. En plus de la découverte d’une nouvelle culture, cette expérience m’a permis de me lancer dans le blogging. Et je dois dire que j’adore ça :) !

4 pensées sur “Interview de Julien, le créateur du site TechMeAbroad… un site qui intéressera tous les ingénieurs informatique qui rêvent de Silicon Valley et d’étranger !

  • 19 mars 2015 à 8 h 14 min
    Permalink

    Même si c’est pas pour moi se rêve américain, je trouve très intéressant son interview et comme sa on comprend mieux le système américain.
    En tout cas il a réussi malgré pas mal de changements dans sa carrière professionnelle. Et la il a enfin réussi son rêve.
    Super intéressant et merci pour nous faire partager cette expérience. Très bon blog, continuez ainsi.
    Sinon je voulais savoir si vous avez une chaîne YouTube car j’ai pas vu de vidéo et je trouve sa sympa.
    C’est mon avis perso.
    Car le blog est super bien fait,et des vidéos sa serait sympa.
    Ici on va bientôt partir pour l’école accompagner le petit dernier.
    Bonne nuit et bon réveille.
    Bisous du 62 France

    Répondre
  • 19 mars 2015 à 20 h 15 min
    Permalink

    Cyndieza, je vois que tu parles de rêve Américain mais que tu ne le définis pas.

    Le rêve Américain tel qu’il a été voulu par les pères fondateurs, est de ne pas être limité dans ses projets ou dans sa vie que ce soit par ses opinions, sa religion (ou non religion), par son sexe, son ethnie, son age, son physique, etc… et ce rêve là est bien reel aux USA.
    L’accès a la réussite n’est limité que par ses propres competences ou talents et l’histoire de Julien en est un témoignage de plus.

    Répondre
  • Ping : GET TO SEE THE WORLD | Epitech International

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »